Le Denti

Aux côtés de la daurade et du loup, c’est l’un des grands seigneurs de la Méditerranée : de taille généreuse, les filets épais que l’on peut y lever sont d’une chair parfumée, très charnue, ferme et rassasiante à souhait. Dense en saveur et en mâche, il peut se suffire à lui-même ou avec une touche de fenouil.  Pour en réveiller l’iode, j’aime griller sa peau au rosée argentée, tout en complétant la cuisson d’un pochage au four vapeur pour en préserver la jutosité. Les saveurs anisées se fondent magnifiquement au denti mais attention aux mauvaises habitudes du flambage au pastis ! Je trouve la fraicheur du fenouil bien plus subtile pour tenir compagnie à ce carnassier.

dentiJeanFondacci

un denti de palangre trois kg et demi

un denti de palangre trois kg et demi

 

30 commentaires

30 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>